Voyage au Népal

En Mars 2008, je pars faire un trek au Népal de l’Hélambou au lac sacré de GosaÏnkung (4380m d’altitude).L'hélambou se situe au nord de Katmandou.

Kathmandou

les rickshaws dans les rues de kathmandouune petite népalaiseuejune fille vendant des fruits et légumes au marché dans les rues de kathmandoudes couleurs d'épices extraordinaires vendus dans les rues

un homme priant dans un temple à kathmandouune échoppe vendant des marionnettesArrivée à Kathmandou, le déferlement humain me donne une idée sur sa diversité ethnique, religieuse. Les rickshaws et mobylettes se faufilent dans les ruelles étroites bondées de passants.


le stupa de bodnath à kathmandoubodnath est un lieu de prière pour les bouddhistes un mandala dessiné par un étudiant dans une école à Bodnath temple douddhiste à bodnath kathmandou offrandes de bougies à bodnathJe visite plusieurs sites sacrés à kathmandou comme Bodnath (site bouddhiste, un des plus grand au monde avec son stûpa).

 

un sâdhu qui pose devant les touristes à PashupatinathPashupatinath est un lieu saint de pélerinage important et aussi un lieu de crémation pour les indous.Etourdis par le bruit, la pollution et l’activité humaine de la ville, j’avais hâte de retrouver un peu de sérénité dans la montagne et de découvrir cet arbuste unique: le lokta !

 

 

De kathmandou à L'hélambou

paysage dans l'hélambou  Région de l'Hélambou.

Accompagné de mon guide sherpa'Pemba', nous sommes rapidement partis escalader les hauteurs à la rencontre des ethnies diverses ( les Chettris, Tamangs, Sherpas…) et au-delà de la mer de nuages pour atteindre des sommets de la chaîne du Lantang.

 

fleur de lokta dans l'hélambou  De la végétation subtropicale (orchidées, singes, rizières de blé et de colza), on trouve en altitude des forêts de rhododendrons immenses et en montagne de la neige. Je découvre avec surprise les premiers arbustes sauvages de lokta en fleurs, pas très haut (60cm environ) et l’odeur très forte des grappes des fleurs blanches rosées qui rebute les insectes et peut donner mal à la tête. Des arbustes qui poussent à l’état sauvage en grande quantité et qui une fois la tige coupée, sont laissés à la repousse pendant 8 ans pour contribuer à leur pérennité.

 

sur le chemin ,un stupa où des livres de prières sont cachés arrivée dans le lodge, cuisine typique sherpa vue sur la chaine de l'himalaya isolé dans les montagnes, des conditions de vie très dures cuisine tamangs moulins à prières au népal rencontre fabuleuse

Le parcours fut de plus en plus difficile avec des pentes raides, le souffle coupé dû à l’altitude et au manque d’oxygène. Mais cela en valut la peine car j’ai rencontré des gens extrêmement serviables et gentils, malgré une vie dure, et l’isolement total, qui demande que les vivres soient acheminés dans des sacs pesant plus de 45kg, sur le dos des sherpas, le long de ces chemins escarpés. Des hommes, des femmes et des enfants particulièrement courageux et d’une humilité exemplaire, avec un esprit dénué de violence. Tout au long de la randonnée, j’ai découvert des monastères bouddhistes, contourné des stûpas, et tourné des moulins à prière, admiré des peintures de la vie de Bouddha d’une finesse incroyable. Une sensation de compassion et de bien être m’a remplie le cœur et l’esprit.

 

la chaine du tibetLa contemplation des sommets enneigés du Massif des Annapurnas, Chaîne du Tibet, des villages aux toits en tôles bleu turquoise
et du Lantang, nous amène à nous interroger sur notre existence et sur l’immensité.
De nombreux villages, complètement isolés en haute montagne nous fascinent par leurs toits bleu turquoise.
drapeaux de prières pour nous souhaiter la bien venue  village sur les flancs de montagnesommet de l'Ama Yangri enneigé

 

 

le col de Laurebinyak 4609m enfin arrivés avecPemba, le guide sherpa  Après avoir passé le col de Laurebinyak le lac sacré Gosainkund encore gelé(4609m le point culminant du trek) où des vents glacials dans un environnement lunaire nous empêchent de s’attarder. Nous redescendons au lac sacré de Gosainkund,encore gelé, où chaque année des milliers de bouddhistes et hindouistes vénèrent Shiva lors d’un pèlerinage en pleine lune d’août.

 

De ce voyage, je retiendrais les sourires, le partage de regards tendres des femmes dans les cuisines, un travail dur, avec des conditions climatiques rudes, et une vie précaire, un respect pour la nature et une philosophie bouddhiste qui ne laissent pas indifférent.
 

      Rencontre avec une nonne bouddhiste.