Le papier Lokta

feuilles de papier lokta venant du népal Travaillant autour de la lumière, le papier végétal apparut comme une évidence dans ma recherche artistique.
Matière vivante évocatrice d’un art ancestral, support précieux sur lequel nous inscrivons nos mémoires et notre histoire. Transparence et finesse, le papier nous invite à le toucher délicatement et à l’apprivoiser avec douceur.
La recherche et l’utilisation des papiers du monde (Inde, France, Japon, Thaïlande, Chine…) m’ont conduit à connaître ceux du Népal.
Ces papiers atypiques que l’on appelle papier lokta, m’ont séduite par leur qualité, leurs coloris uniques et variés, leur robustesse. Ils ont fait naître en moi l’envie de connaître ce pays merveilleux, aux diversités ethniques (hindouisme, bouddhiste) et à la variété des paysages (végétation subtropicale, rizière, forêts, désert et haute montagne).
 Une recherche complémentaire de ma création artistique, autour du papier, de la sculpture et de la lumière, vers une union avec la nature.
 

Trek au Népal à la recherche du Lokta en mars 2008

La vallée de l'Hélambou , au nord du Népal et à 800m d'altitude offre un paysage en terrasse magnifique.
J'ai participé à un trek au Népal à la rencontre de l’arbuste le « lokta », poussant sur les plateaux de l’Himalaya entre 2000m et 3500m. J’ai aussi rencontré l’entreprise qui transforme le papier lokta naturellement blanc, en couleur. Des techniques de colorations artisanales, aux taches multiples m’ont fait prendre conscience de la préciosité de ces papiers, et du travail considérable pour atteindre cette perfection.
 

 


Juste quelques mots sur l’arbustre le lokta :
 

arbustre du lokta népal

fleur du lokta au népalAppelé aussi le Daphné Cannabina ou lokta, il pousse en liberté à l’Est du Népal. La fabrication du papier lokta relève d’une tradition entretenue depuis des siècles par les montagnards. Un travail familial et communautaire, indispensable à la vie des familles.
On coupe les tiges dont les écorces sont utilisées pour le papier. Des bandelettes taillées à partir des écorces sont ramollies pendant des heures dans l’eau, et portées à ébullition. La robustesse et la souplesse du papier sont dues au fait que l’on pile les fibres avec un maillet en bois sur une pierre plate pendant des heures. La pulpe est ensuite répartie uniformément sur des tamis, formant une feuille qui sèchera au soleil

Ensuite le travail de coloration à partir de pigments naturels se réalise dans l’entreprise en ville à Kathmandou.

Coloration des papiers : rencontre avec l'entreprise à Kathmandou


les papiers naturels arrivent des montagnes dans l'entreprise de kathmandouSur les photos, nous avons ensuite ces feuilles blanches qui sont triées dans
l’entreprise à Kathmandu et transformées en papiers colorés. L’entreprise emploie à 80% des femmes1, offre aussi un système de retraite pour les ouvriers, encourage la scolarisation des enfants, organise un pique-nique chaque année…. Une démarche humaine et écologique2 engagée.


1- une femme seule avec des enfants a généralement  plus de difficultés à trouver du travail
2- récupération des eaux de pluie


les pigments en poudre sont pesés et ajoutés à de l'eau pour être ensuite bouillisLes pigments naturels ,le brun à partir d’écorce de Cassius, le brun rouge avec l’arbuste henné, le brun clair avec le genévrier de l’Himalaya, le brun foncé à partir de fruits verts et de feuilles de noyer, l’ocre et le brun rouille avec l’acacia, l’aubergine avec le sapin et l’épicéa, sous formes de poudres sont pesés et mélangés avec de l’eau. Chauffés, ils sont ensuite placés dans des sceaux pour l’étape de la coloration des papiers.

 

les feuillent de papiers sont trempées dans des sceaux remplis de pigmentsles  feuillent sont étendues par deux sur des plaques en métalPar équipe de deux, les femmes trempent les feuilles dans les pigments, les étalent sur des plaques en métal. Les feuilles sèchent de 2h à 4h au soleil. 

 

les papiers sèchent devant les habitations des ouvrières   les feuilles sèchent au soleil

 

le triage des papiers aprés avoir séchésRepassage de certaines feuilles pour être ensuite encollées sur une feuille de coton tissétriage de feuilles de lokta à kathmandou.
Un travail très pénible dû aux odeurs nauséeuses de la colle chaude .
Après le triage, les feuilles abîmées sont utilisées pour fabriquer des enveloppes, des albums etc.
 

 

 

confection d'objets , d'enveloppes , d'album avec les papiers loktaChaque employée a sa propre tache : triage et époussetage des feuilles, coloration, atelier de fabrication d'objets, d'enveloppes, d'album....
fabrication d’objets comme les enveloppes, portes-folio, albums etc. …